Retour Publications d'expert | Publié le 04/11/20

COVID-19 : les actualités du mardi 3 Novembre

« Derrière un homme qui réussit, il y a toujours un homme qui a agi » (Pablo Picasso)

 

Chères Clientes, chers Clients,

Au niveau de la nation, ce qui a longtemps été une grande force, notre attractivité touristique et notre industrie aéronautique devient une grande faiblesse quand les avions sont cloués au sol et que les étrangers cloués chez eux. Notre pays a beaucoup plus de ressource que cela, une économie somme toute assez diversifiée par rapport à d’autres pays mono-économie et un sous-jacent entrepreneurial important, comme le montrent les chiffres que nous allons analyser aujourd’hui. Ce sera, tout au moins au départ pour le tourisme, nous pouvons le parier, un très fort rebond quand le vaccin et la confiance seront de retour, tant les touristes auront été frustrés et auront envie de dépenser leur épargne forcée :

 

MAINTENANT

 

___1) Activité partielle : comme prévu dans notre lettre d’hier, nous vous joignons 2 nouvelles notes afin de vous y retrouver après les récents changements intervenus quant à l’activité partielle sur l’actualisation des secteurs concernés par le taux de 70% et les modifications apportées par les deux décrets du 30 octobre. A lire impérativement : comme indiqué précédemment, on est dans la dentelle !

 

___ 2) INSEE - PIB : depuis notre dernier décryptage du 12/10 sur sa note de conjoncture, l’INSEE vient de publier le 30 octobre dans un flash d’info rapide une 1ère estimation du PIB du 3T20.  Vous en avez entendu parler dans les médias, cela nécessitait un petit approfondissement :

  • Le 6/10, l’INSEE prévoyait un rebond de + 16 % au troisième trimestre, après – 13,7 % au deuxième et – 5,9 % au premier. Il s’agit finalement de +18,6%soit bien mieux que prévu et toujours, sans soucis de fanfaronnade de notre part, comme nous l’avions anticipé de manière empirique dans nos lettres précédentes, c’est heureusement toujours nettement moins catastrophique qu’initialement estimé ! même si cela reste, on s’en doutait un peu quand même, à un niveau « moindre qu’avant crise », 
     
  • Même si la mesure du PIB, en vigueur depuis les années 30, celle du siècle d’avant, bientôt 100 ans, a régulièrement quelques détracteurs, cela reste une des seules mesures normée et nécessaire à la comparaison, d’une période à l’autre, ou avec les autres. Rien que cela est très important pour ne pas rester dans le flou et sur-réagir aux annonces tonitruantes, 
     
  • On avait vu dans notre lettre du 12/10 que toutes les composantes du PIB avaient fortement progressées au cours des mois de ce trimestre. C’est bien-sûr confirmé avec :
  1. la forte consommation des ménages, à un niveau proche de celui d’avant crise, notamment pour les services non marchands (hors CHR et transport) : bonne nouvelle ! 
    • surtout marqué pour les biens fabriqués : +38% 
    • bien entendu les services ne retrouvent pas leur niveau antérieur, et compte tenu du reconfinement, ce ne sera pas le cas avant, au mieux, quelques mois,
  2. et celle des administrations qui vient même dépasser le niveau d’avant : bien pour le PIB, mais pas pour l’avenir de l’économie anesthésiée,
  3. la FBC (Formation Brute du Capital = investissement pour les non-initiés) qui n’est pas encore au rendez-vous, principalement du fait de la construction malgré une hausse de 23% : on est parti de loin et la construction comme l’industrie ont toujours un temps de latence plus long. En outre, investir sans confiance demande un certain courage voire de l’audace,
  4. les exportations sont aussi fortement reparties, plus que les importations, ce qui compte tenu de la forte consommation de biens est également une bonne nouvelle en soi, mais pas dans l’absolu. Même si le commerce extérieur contribue positivement au PIB ce trimestre, cela reste un grand handicap pour le pays et un challenge pour les années à venir : il va falloir combler le trou des prochaines années sur l’aéronautique, lequel vient à un moment où nos exportations étaient déjà dans un triste état,
  5. les stocks ont contribué négativement : rien que de très normal en période d’incertitude, les entrepreneurs gèrent leur cash au mieux et optimisent les flux tendus. Cela reviendra vite une fois la confiance retrouvée,
  • Maintenant, si en septembre, le climat des affaires en France avait poursuivi son amélioration continue depuis le déconfinement, un nouveau coup brutal vient certainement de l’entamer.  Compte tenu de disparités des situations de cette 2ème vague, il est possible que ce ne soit pas si grave que cela globalement. Par contre cela va nettement accentuer les disparités entre les activités fortes et celles « fermées » ou « contraintes ».
     
  • Par contre, pas de nouvelle anticipation du PIB annuel qui selon la dernière note de conjoncture restait de l’ordre de –9% pour 2020, quand le projet de loi de finances pour 2021 anticipe une croissance de +8%. Bien sûr c’était avant la 2ème vague.

 

___3) DARES chiffre emploi et activité partielle : une rapide mise à jour depuis notre dernier décryptage des chiffres de la DARES sur le marché de l’emploi (cf. 26/10/2020), avec toujours un focus sur certains points, les autres n’apportant pas de nouvelles tendances par rapport à nos précédents commentaires et feront l’objet de commentaires lors de la parution de chiffres plus macro :

  • Les montants d’indemnité d’activité partielle chutent régulièrement depuis avril et sont tombés à 0,8 Milliards seulement, mais tout de même, en septembre, principalement concentré sur :
  1. l’Ile de France et Auvergne-Rhône-Alpes,
  2. les < 50 salariés,
  3. les CHR, services évènementiels et le transport de passagers,
  • Cela fait désormais plus de 26 semaines, soit depuis début mai, que le nombre de demandes d’inscription à pôle emploi ressort en baisse par rapport aux mêmes semaines de 2019  (après -10,9% précédemment ce sont -11,6 % sur les 4 dernières semaines). Et plus particulièrement pour la semaine 42, les demandes d’inscription sont en baisse de 15,5% par rapport à la même semaine de N-1, 
     
  • Fort recul des PSE et des ruptures de contrats en octobre, 
     
  • La forte hausse des inscriptions en formation depuis mi-juillet se confirme toujours : en cumul sur 2020, depuis septembre le chiffre a dépassé 2019, 
     
  • Le nombre d’offres d’emploi en ligne publiées sur le panel DARES se situe toujours à un niveau assez élevé depuis début septembre, proche des 128% du niveau pré-confinement (120% il y a 1 mois)…,

 

___4) INTERIM : depuis notre lettre du 26 octobre, les chiffres du CREDOC de la semaine 43 ont connu une bonne progression à 3,2% en moyenne nationale pour 3,6% en province, ramenant le différentiel global national par rapport à la même période de N-1 est stable à -8,8% contre le -13,3% qui prévalait depuis quelques semaines. Toujours pour rappel, à fin juillet on était à -27%. Le taux du Nord-Pas-de-Calais est désormais supérieur à N-1 à  +0,5%, et les Hauts de France à -1,8% (contre -5,5% la semaine précédente), ou le Limousin à -0,8% s’en rapprochent.

 

STRATÉGIE CT ET LT

___1) La 35ème minute OPTIMISTE, de Jean-Marc Bonnet, dirigeant de FINOVA Conseil nous évoque, et c'est toujours bon de le savoir ou de s'en rappeler régulièrement :  « les 10 valeurs de l'Optimiste ».

 

Si vous souhaitez voir ou revoir tous les épisodes de la minute OPTIMISTE, retrouvez-les en cliquant ici !

 

« Derrière un homme qui réussit, il y a toujours un homme qui a agi » (Pablo Picasso)

 

Bon optimisme à tous.

Les collaborateurs et associés du Groupe FIMECO Walter France.

Suivez-nous !

 

gestion activité autoentrepreneur

 

 

Restez informé !

Abonnez-vous gratuitement à nos lettres d'actualité trimestrielles...

externalisation paie

 

Top