Retour Publications d'expert | Publié le 06/05/20

COVID-19 | Les actualités du mercredi 6 mai 2020

« L'avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l'avenir, on le fait. » (Georges Bernanos)

 

Chères Clientes, chers Clients,

Encore un peu de patience. Malgré la période, l'horizon commence à s'éclaircir, certes tout doucement, mais quand même… :

 

PENDANT

 

___ 1) Prêt REBOND full digital : nous vous l'avions annoncé dans notre quotidienne du 16 avril, certains d'entre-vous étaient depuis sur leurs starting-blocks. Ça y est, il est lancé officiellement !

  • Mais pour le moment seulement disponible dans les 2 plus grandes régions françaises : Ile-de-France et Rhône-Alpes. Nous vous tiendrons, bien entendu, au courant de l'évolution,
  • Il s'agit d'un prêt BPI compris entre 10 K€ et 50 K€, assorti d'une recherche d'un cofinancement bancaire au moins égal (PGE par exemple), remboursable sur 7 ans, après 2 ans de différé, à taux 0%, sans sûreté ni garantie, ni frais de dossier,
  • Il est à souscrire entièrement en ligne sur une page dédiée avec l'aide de votre expert-comptable, mandaté expressément, qui va confirmer certaines informations et déposer les justificatifs nécessaires à l'instruction du dossier sur la plateforme de demande de prêt. Brochure à télécharger,
  • Attention, il y a toujours des restrictions : ce dispositif est réservé aux sociétés dont le capital est détenu uniquement par des actionnaires personnes physiques,
  • Sinon, le prêt « classique » rebond comporte moins de restrictions et peut monter jusqu'à 300 Ke.

 

___ 2) Charges sociales reportées :

  • nous l'avons mentionné dans la lettre d'hier pour les non-salariés au 5/05, c'est désormais valable pour toutes les entreprises en difficulté, y compris les micro-entrepreneurs et les exploitants du régime agricole. Le report du paiement des cotisations et contributions sociales est prolongé au mois de mai, sur les mêmes bases que celles des mois précédents, sans démarche préalable à effectuer, selon la déclaration du Ministre de l'Action et des Comptes Publics (à lire ici),
  • Attention, toujours des restrictions, concernant les sociétés qui ont un CA de plus de 19 Me, pour lesquelles la C3S reste à payer au 15 mai,
  • Pour le moment, malgré ce qui peut être entendu çà et là et repris abondamment par les médias, sur les propos de Ministres ou l'interprétation de passages du discours du 1er Ministre au sénat, il n'y a aucun texte officiel ni communiqué de presse pour l'annulation pure et simple de ces charges, que ce soit pour certains secteurs les plus touchés (CHR notamment) ou les PME < 10 personnes. Nous n'en sommes qu'aux tests de pavés dans la mare. Méfiance. Ce ne serait attendu que pour septembre… et comme vous avez pu vous en rendre compte au fur et à mesure que les textes sortent, les mailles du filet sont plus ou moins larges et des restrictions frustrantes existent systématiquement. D'ici là, pas de fausses joies ou de regrets : ne faites pas de plans sur la comète et patience, patience…
  • L'AGIRC-ARRCO, mais aussi la MSA, précisent qu'il en sera de même pour les échéances du 25 mai, pour les entreprises qui rencontrent des difficultés de trésorerie, selon les modalités désormais habituelles lors de l'envoi des DSN,

 

___ 3) CSE : l'adaptation temporaire des délais raccourcis applicables pour sa consultation et son information prévue dans une des ordonnances publiées au Journal Officiel du 2 mai évoquée dans notre lettre de lundi nécessitait des éclaircissements. C'est chose faite dans cette note, laquelle compare notamment les délais raccourcis temporaires et ceux habituels sur l'ensemble des processus,

 

___ 4) DARES (Organe statistique du Ministère de l'Emploi) : à la suite des principaux chiffres déjà évoqués dans notre quotidienne du 24 avril sur la situation au 20 avril, la nouvelle situation hebdomadaire au 28 avril :

  • 4,8 Milliards d'heures chômées demandées (peu différent des 4,3 Milliards précédentes : on atteint le plafonds des demandes) toujours les légèrement plus de 1 Million d'établissements pour plus de 11,3 Millions de salariés, (ce chiffre va peut-être progresser encore un peu avec les passages en chômage partiel des prises en comptes précédentes en congés garde d'enfants et autres),

     

  • Les autres chiffres ne varient que peu désormais :
    .
    • 420 heures en moyenne par salarié concerné, (encore en légère baisse),
    • près de 60% dans des entreprises < 50 personnes (51% des salariés du privé) et 16%, assez stable dans celles > 250 personnes (20% des salariés du privé) : Attention toujours, il s'agit des heures demandées, qui sont anticipées chômées sur les mois à venir, pas des heures réelles chômées, qui du fait de la procédure seront nécessairement moindre. Nos remontées terrain nous signalent que, dès cette semaine, la reprise de certains secteurs se fait beaucoup plus sentir,
    • Les 2 régions de l'Ile de France et de Rhône-Alpes-Auvergne représentent toujours 1/3 des dossiers pour 37% des effectifs,
    • Toujours une forte diminution des plans de sauvegarde de l'emploi (divisés par 6 depuis mars), mais nos remontées terrain font envisager que cela ne présage pas de ce qui peut se déclencher dans les semaines à venir, après le déconfinement,
    • les demandes d'inscriptions à Pôle emploi (-3,7% / même semaine que N-1), alors que depuis début mars, les taux de progressions étaient de l'ordre de +8 +9% par semaine avec un pic à +31% la 1ère semaine du confinement, le marché est figé pour le moment dans une position attentiste et cette baisse s'explique aussi par la prolongation des délais pour l'inscription à Pole Emploi,
    • Le nombre d'offres d'emploi en ligne remonte progressivement : après 60% depuis le 16 mars du niveau pré-confinement sur les 4 dernières semaines, soit son plateau en creux, il remonte à 70% du niveau pré-confinement, tendance timide mais symptomatique d'un léger retour de la confiance sur certains secteurs,

 

 

APRÈS

 

___ 1) Stratégie de court terme, mais aussi pour préparer le LT :

Les conseils du jour de Jean-Marc Bonnet, dirigeant de FINOVA Conseil : « Ce que l'on sait de la consommation après le 11 mai ! » ou quels éléments concrets pour mieux orienter votre argumentation, votre communication et votre processus de vente post confinement, à découvrir ici.

 

Les collaborateurs et associés du Groupe FIMECO Walter France.

Suivez-nous !

gestion activité autoentrepreneur

Restez informé !

Abonnez-vous gratuitement à nos lettres d'actualité trimestrielles...

externalisation paie

 

Top