Réduire les coûts, optimiser les marges

Il est souvent difficile, mais nécessaire, d’augmenter ses tarifs, notamment dans les périodes où la pression économique favorise une concurrence féroce. Dans certains secteurs d’activité le prix de marché fait foi et il est souvent très difficile d’y déroger.

Réduire ses coûts pour optimiser ses marges est donc l’autre alternative pour améliorer la rentabilité de son activité.

 

L’entreprise doit alors essayer d’actionner les leviers principaux :

1. Les achats et charges indirectes

Le principal poste de coûts concerne bien entendu les achats et charges directes. Chaque entrepreneur sait bien qu’il s’agit là de la partie la plus délicate car si l’on couche facilement ses objectifs sur le papier, la mise en pratique est souvent bien plus délicate.

Outre les sociétés dotées d’un véritable acheteur de métier formé aux techniques de négociation, l’entreprise ou l’entrepreneur doit périodiquement réactualiser son benchmark et profiter des nouvelles positions concurrentielles de ses fournisseurs, notamment sur les achats « stratégiques » c’est-à-dire ceux qui pèsent les plus dans le coût d’achat ou de production.

A la marge il peut parfois faire des achats « à bon compte » en fonction des quantités achetées, de fin de série, d’offres promotionnelles, … L’entrepreneur doit également penser à rationaliser le nombre de ses fournisseurs pour mieux négocier.

Tout aussi importants, les frais indirects ne doivent pas être négligés. L’entreprise industrielle sera attentive à la fabrication de plus grandes séries pour réduire ses coûts de manutention et de réglage des machines. L’entreprise de négoce sera attentive aux frais de transports qui peuvent venir grever ses marges tant en amont qu’en aval.

 

2. Les rémunérations et salaires

L’optimisation des coûts salariaux repose bien souvent sur la capacité de l’entreprise à adapter ses effectifs à sa charge de travail, tache bien délicate compte tenu de la règlementation du marché du travail.

Plusieurs pistes peuvent toutefois amener plus de souplesse et de flexibilité :

  • l’intérim et certaines formes de CDD peuvent permettre de palier à des surcroits temporaires de travail sans obérer l’avenir ;
  • l’entreprise peut aussi faire appel à la sous-traitance pour faire face à des commandes ou des marchés spécifiques ;
  • enfin en interne, la mise en place d’une modulation du temps de travail pour faire face à périodes de saisonnalité ainsi que la formation des salariés à l’adaptabilité fonctionnelle peuvent permettre d’amortir des baisses ou des hausses d’activité à moindre coût.

 

3. Les frais généraux

Pour réduire ses frais, il convient en général d’appliquer 5 règles de bases :

  • Centraliser ses achats auprès d’une personne responsable ;
  • Limiter le nombre de fournisseurs pour mieux négocier ;
  • Vérifier les contrats, comparer et mettre les entreprises en concurrence ;
  • Lancer des appels d’offres pour des programmes spécifiques ;
  • Responsabiliser les salariés sur les économies nécessaires et le respect de l’environnement en développant une démarche RSE.

 

 

Pourquoi choisir FIMECO Walter France ?

Si l’entreprise n’a pas mis en place des outils de suivi des démarches engagées (tableaux de bords, indicateurs de reporting...) permettant de s’assurer de l’atteinte des objectifs fixés, tout ceci évoqué ci-dessus ne servirait à rien. Nous sommes donc là pour vous aider.​

Poids: 
4

Suivez-nous !

 

gestion activité autoentrepreneur

 

 

Restez informé !

Abonnez-vous gratuitement à nos lettres d'actualité trimestrielles...

externalisation paie

 

Top