Retour Les actualités COVID | Publié le 04/01/21

COVID-19 : les actualités du lundi 4 janvier 2021

 

« La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie » (Sénèque)

 

Chères Clientes, chers Clients,

 

Après la dernière lettre d’information de l’année 2020, la 1ère de 2021, année qui devrait démarrer malgré tout assez rapidement, au fil des confinements, déconfinements, couvre-feux, …. mais surtout de l’accélération de la vaccination (déjà quand les > 40% des français qui le souhaitent le seront effectivement, une bonne partie du gué sera franchie !) et du retour progressif de la CONFIANCE. Tout le monde en a envie et n’attends plus que cela !

Pour un rebond que nous vous souhaitons très vif, immédiatement, dans quelques semaines ou au maximum quelques mois. Nous espérons que vous avez bien mis à profit les périodes de réflexion forcées de 2020 et surtout cette période de fêtes, pour parfaire votre stratégie afin de pouvoir en profiter à fond après cette année d’angoisse, d’incertitude, de frustration et finalement de tango argentin.

Cette année encore, nous allons tout faire pour vous accompagner au jour le jour, en continuant à mettre l’accent sur l’OPTIMISME et en essayant de vous informer au mieux et au plus vite.

Nous espérons, à ce titre, que vous avez bien vu et écouté l’interview du secrétaire de la ligue des optimistes de France de notre lettre d’avant Noël et en avez tiré de sages résolutions. Prenez aussi un peu de temps pour écouter celle qui se situe à la fin de la lettre sur « bien acheter », parce qu’elle est pleine de bons enseignements faute de voir votre CA décoller dès aujourd’hui.

Dans deux lettres ultérieures, cette semaine, et la suivante, ne les manquez pas, nous insisterons en premier  sur les Appels à Projets et à Manifestations d’Intérêts à la fois nationaux et locaux de la Nouvelle Aquitaine et de l’Ile de France, puis dans l’autre sur tous les aides et coup de pouce spécifiques des filières également dans ces deux régions, afin de mieux vous préparer à affronter 2021 et son rebond.

Sur le plan des actualités, l’année débute en fanfare. Tous les jours, même le 1er janvier, le Journal Officiel a diffusé Lois et Décrets. Profusion de textes, de plus en plus dans la dentelle chirurgicale : actualité législative riche, quantitative, qualitative également, sur de nombreux fronts, avec plutôt de BONNES nouvelles, même si elles ne sont pas toujours à la hauteur de ce qui pouvait être espéré, dont nous donnons quelques extraits et saurons revenir vite ultérieurement sur l’impact des points importants.

NB : la citation de Sénèque en fin de lettre nous est communiquée, en ce début d’année, par une cliente, fidèle lectrice de notre lettre. Nous l’en remercions vivement et lui souhaitons, ainsi qu’à vous tous une excellente année 2021 de santé, bonheur et réussite :

 

MAINTENANT

 

___1) TAUX d’INTERET LEGAL : le taux est fixé, par Arrêté du 21 décembre, pour le premier semestre 2021, à :

  • 3,14 % pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels,
  • 0,79 % pour tous les autres cas,

 

___2) PLAFONDS Sécurité Sociale : le plafond mensuel est fixé à 3428 euros au 1er janvier, celui journalier à 189 euros : cf. note jointe,

 

___ 3) LOYERS IMPAYES : mauvaise nouvelle : un Décret du 30 décembre 2020 vient préciser, à la suite de l'article 14 de la loi n°2020-1379 du 14 novembre 2020 (cf. lettre du 16/11), que « les entreprises qui ne peuvent encourir d'intérêts, pénalités ou toute mesure financière ou encore d'actions, sanctions ou voies d'exécution forcée, ou encore mesures conservatoires en raison du retard ou défaut de paiement de loyers ou charges locatives du fait d'une mesure de police administrative prise dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire ou de sortie de l'état d'urgence sanitaire sont les entreprises < 250 salariés avec un CA < 50 millions d'euros et une perte de CA > 50 % au titre du mois de novembre 2020 ». Par conséquence, les autres entreprises, ou les mêmes pour d’autres mois que novembre ne peuvent pas s’en prévaloir. Pas de chance !

 

___4) PME soutien financier de l’Etat : bonne nouvelle : un Décret, n°2020-1653 du 23 décembre 2020, vient modifier les conditions d'application du dispositif d'avances remboursables et de prêts à taux bonifiés mis en place au bénéfice des PME et ETI fragilisées par la crise, et n'ayant pas trouvé de solutions de financement suffisantes auprès de leur partenaire bancaire ou de financeurs privés, soit notamment celles prévues par le Décret n°2020-712 du 12 juin 2020 (Cf. notre lettre du 15/06), en  :

  • Prolongeant son effet jusqu’au 30 juin 2021, sans modification des entreprises y ayant accès, 
     
  • Modifiant quelques-unes des caractéristiques de :
  1. l’aide dont le montant < à 800 K€ est une avance remboursable, d'une durée d'amortissement limitée à 10 ans, avec un différé d'amortissement en capital limité à 3 ans, à un taux fixe > à 100 points de base : 
    ** il est rajouté un dispositif dérogatoire pour les entreprises mentionnées à l'article 1er du décret du 30 mars 2020 susvisé, qui exercent leur activité principale dans un secteur mentionné à l'annexe 1 et à l'annexe 2 de ce même décret (désormais connus sous le nom de S1 et S1bis), et qui ont subi une perte de CA > 50 % sur l'année 2020, il peut être dérogé de façon exceptionnelle, dans la limite de 800 K€. Le service instructeur prend en compte la prévision de trésorerie pour accorder cette dérogation. 
    ** NB : La perte de CA est définie comme la différence entre, d'une part, le chiffre d'affaires moyen au cours de l'année 2020 et, d'autre part, le chiffre CA moyen de l'année précédente, ou, si ce critère est plus favorable à l'entreprise, le CA annuel moyen des années 2019, 2018 et 2017, 
    ** besoin d’attestation de l’Expert-comptable sur la perte de CA, 
    ** Nouvelle PRECISION : L'aide peut couvrir des besoins en investissements et en BFR, 

     
  2. ou d'un prêt à taux bonifié si le montant est > à 800 K€, d’une durée d'amortissement de 6 ans maximum, différé d'amortissement en capital de 1 an, taux d'intérêt fixe + une marge de crédit minimale de 100 points de base : 
    ** Nouvelle PRECISION : L'aide peut couvrir des besoins en investissements et en BFR, 

     
  3. Les 2 sont décaissés au maximum au 30 juin 2021,

 

___5) FONDS de SOLIDARITE : bonne nouvelle : le Décret n°2020-1770 du 30 décembre 2020, publié au JORF le 31, vient améliorer le sort des commerces de stations de montagne et leurs environs, du fait du maintien de la fermeture des remontées mécaniques en décembre, avec un montant de l'aide mensuelle couvrant jusqu'à 80 % de la perte de CA à concurrence de 10 K€ dès 50 % de perte de CA. Les PME concernées sont :

  • < 50 salariés, avec leur siège social situé dans une commune support d'une station de ski alpin ou dans une commune située en zone de montagne, appartenant à un établissement public de coopération intercommunale dont au moins une des communes membres est support d'une station de ski alpin et n'appartenant pas à une unité urbaine de plus de 50 000 habitants, avec une liste des communes concernées en pièce jointe, (difficile de faire plus dans la dentelle !)
     
  • Dont l’activité principale est la location de biens immobiliers résidentiels et le commerce de détail, à l'exception des automobiles et des motocycles,

Mais, ce n’est pas tout. Ce Décret en profite pour modifier aussi certaines autres choses qui peuvent avoir leur importance :

  • Pour les groupes, les seuils d’éligibilité s’apprécient au niveau du groupe : pour éviter les petits malins qui ont essayé… et précise également ce que l’on entend par groupe… 
     
  • On vous passera certains détails technique : si vous êtes concernés vous le saurez assez tôt, 
     
  • Pour la perte de CA du mois d’octobre, les conditions sont désormais : les entreprises qui exercent « leur activité principale dans un secteur mentionné à l'annexe 1 ou elles exercent leur activité principale dans un secteur mentionné à l'annexe 2 et ont subi une perte de chiffre d'affaires d'au moins 80 % durant la période comprise entre le 15 mars 2020 et le 15 mai 2020 par rapport à la même période de l'année précédente ou, si elles le souhaitent, par rapport au chiffre d'affaires mensuel moyen de l'année 2019 ramené sur deux mois ou, pour les entreprises créées après le 15 mars 2019, par rapport au chiffre d'affaires réalisé entre la date de création de l'entreprise et le 15 mars 2020 ramené sur deux mois. Cette condition de perte de chiffre d'affaires n'est pas applicable aux entreprises créées après le 10 mars 2020 »,( à la place de ce qui été mentionné dans notre lettre du 21 décembre), 
     
  • Comme suite à un problème informatique, les formulaires de dépôt de demandes de certaines catégories n'ont pu être mis en ligne dans les délais initialement prévus, les artistes, auteurs et les associés de groupements agricoles d'exploitation en commun vont désormais avoir jusqu’au 28 février 2021 pour déposer leur demande d'aide pour septembre, octobre et novembre 2020
     
  • ATTENTION : les listes des secteurs bien connus S1 et S1Bis en ont profité pour être changés, surtout le S1bis par des ajouts : à consulter impérativement en pièce jointe.

NB : pour la demande du fonds de solidarité de décembre : c’est à partir d’aujourd’hui !

 

___6) FONDS de SOLIDARITE : un Décret n°2020-1830 du 31 décembre 2020 vient modifier l’octroi du volet N°2 du fonds de solidarité pour les discothèques :

  • Il ajoute parmi les charges éligibles les abonnements d'électricité, de gaz et d'eau ainsi que les honoraires d'expert-comptable,
  • la demande d'aide doit être réalisée au plus tard le 31 janvier 2021.

 

___7)  ACTIVITE PARTIELLE : IMPORTANT : le Décret n°2020-1681 du 24 décembre 2020 relatif à l'activité partielle a été publié au JORF. Il modifie celui du 26 juin 2020 (cf. notre lettre du 29/06) :

En particulier en terme de dates d’application transitoire, la date butoir du 31 décembre 2020 saute et il stipule désormais que la date butoir sera fixée par décret, « qui ne pourra excéder le 31 décembre 2021 », et en profite pour :

  • différer d’un mois soit au 1er février 2021, les demandes d'autorisations préalables adressées à l'autorité administrative, qui peuvent être d’une durée de 3 mois, pour maintenir le taux de 70% sur janvier 2021 seulement pour le moment, avant la baisse du taux de l’indemnité d’activité partielle versée au salarié à 60 % de sa rémunération antérieure brute, 
     
  • déroger à la règle des 60% pour les salariés qui continueront de percevoir une indemnité égale à 70% de leur rémunération brute antérieure :
  1. jusqu'au 31 mars 2021 si leur employeur relève des secteurs particulièrement touchés par la crise, soit (rappel) : 
    ** tourisme, hôtellerie, restauration, sport, culture, transport aérien et évènementiel au regard de la réduction de leur activité en raison notamment de leur dépendance à l'accueil du public, 
    ** les secteurs dont l'activité dépend de celles des secteurs mentionnés ci-dessus et qui subissent une très forte baisse de chiffre d'affaires, 

     
  2. jusqu'au 30 juin 2021 pour les salariés des entreprises fermées sur décision administrative,
  • différer au 1er mars 2021 l'entrée en vigueur de la réduction à trois mois de la durée d'autorisation d'activité partielle, cette autorisation pouvant être renouvelée une fois.

Implicitement, certaines dispositions transitoires prises en matière d'activité partielle qui en sont pas modifiées sont prorogées comme les :

  • modalités de prise en compte des heures supplémentaires et des heures d'équivalence dans le calcul de l'allocation et de l'indemnité d'activité partielle,
  • ou le dispositif d'individualisation de l'activité partielle.

 

___8) ACTIVITE PARTIELLE  : dans notre dernière lettre de 2020, nous avions fait une petite incartade à notre principe, parce que c’était Noël. Et d’ailleurs l'Ordonnance n°2020-1639 du 21 décembre 2020 portant mesures d'urgence en matière d'activité partielle est parue le jour même, mais après notre lettre. Nous n’avons finalement pas pris de trop grand risques. Elle confirme avec plus de détails les propos de la Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion lors du conseil des Ministres du 21 décembre. Fort heureusement ! Elle :

  • prolonge au plus tard jusqu'au 31 décembre 2021, les dispositions de l'ordonnance du 27 mars 2020 portant mesures d'urgence an matière d'activité partielle sous réserve de mesures d'adaptation des conditions de recours au dispositif d'activité partielle pour les salariés employés à domicile, et les assistants maternels, à la fois sur les motifs mais aussi sur le taux d'indemnité, mais aussi les fait appliquer depuis le 1er novembre :
  1. les particuliers employeurs sont dispensés de l'obligation de disposer d'une autorisation expresse ou implicite de l'autorité administrative,
  2. Les heures non travaillées au titre de l'activité partielle font l'objet du versement de l'indemnité,
  3. Modalités de placement en position d'activité partielle : 
    ** L’employeur est un travailleur non salarié ou un mandataire social mis dans l'impossibilité d'exercer son activité du fait de mesures prises en application de l'état d'urgence sanitaire, 
    ** Elles ont la qualité de personne vulnérable : critères : cf. notre lettre du 12/11
    ** L'activité exercée à domicile fait l'objet de mesures de restriction prises en application de l'état d'urgence sanitaire,
  4. Calcul de l'indemnité horaire versée par l'employeur : au minimum un pourcentage de la rémunération nette correspondant à la rémunération prévue au contrat, sans pouvoir être : décret à venir, qui a d’ailleurs été publié au JORF le 31 décembre mais nécessitait une petite note de décryptage complète que nous vous joindrons dans la semaine : 
    ** Ni < au montant net correspondant, pour les employés à domicile, au salaire minimum prévu par la convention collective nationale des salariés du particulier employeur … ou, pour les assistants maternels, au montant minimal de rémunération fixé en application de l'article L. 423-19 du code de l'action sociale et des familles, 
    ** Ni > aux plafonds fixés par les dispositions règlementaires du code du travail,
  5. L'indemnité d’AP est remboursée à l’employeur = % de la rémunération nette du salarié mentionnée,
  6. La différence entre l'indemnité versée par l'employeur et le montant remboursé de l’AP est prise en compte dans les dépenses ouvrant droit aux crédits d'impôts,
  7. NB : Ce dispositif, géré par les centres CESU et PAJEMPLOI, pourra être prolongé en 2021, pour une durée qui sera prochainement annoncée, 
     
  • élargit le dispositif d'activité partielle aux régies de cure thermale non dotées de la personnalité morale, 
     
  • proroge les dispositions de l'article 20 de la loi de finances rectificative du 25 avril 2020 qui prévoient le placement en activité partielle des salariés vulnérables jusqu'à une date fixée par décret, et au plus tard le 31 décembre 2021, 
     
  • prolonge les dispositions de l'article 5 de la loi du 17 juin 2020 (cf. notre lettre du 22 juin), relatives aux salariés en contrats aidés et relevant des structures de l'insertion par l'activité économique (IAE) en limitant le recours au dispositif d'activité partielle à 36 mois incluant le contrat initial, 
     
  • prolonge les dispositions de l'ordonnance du 24 juin 2020 (cf. notre lettre du 29/06), jusqu'à une date fixée par décret, et au plus tard le 30 juin 2021, (en l’appliquant dès le mois de décembre 2020 pour la 3ème raison ci-dessous), tout en ajoutant la possibilité de majorer le taux d'allocation d'activité partielle sur le fondement d'un critère géographique, dans les cas suivants :
  1. l'activité principale implique l'accueil du public et est interrompue, partiellement ou totalement, du fait de la propagation de l'épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation, à l'exclusion des fermetures volontaires,
  2. l'établissement est situé dans une circonscription territoriale soumise à des restrictions spécifiques des conditions d'exercice de l'activité économique et de circulation des personnes prises par l'autorité administrative afin de faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, lorsqu'il subit une forte baisse de chiffre d'affaires,
  3. l'établissement appartient à une zone de chalandise spécifiquement affectée par l'interruption d'activité, dans les conditions mentionnées au 1er cas, d'un ou plusieurs établissements dont l'activité implique l'accueil du public, lorsqu'il subit une baisse significative de son chiffre d'affaires,
  • proroge les dispositions relatives aux apprentis et aux salariés en contrat de professionnalisation de l'ordonnance du 14 octobre 2020 (cf. notre lettre du 19/10), reste à charge nulle pour les employeurs, jusqu'à une date fixée par décret et au plus tard le 31 décembre 2021,

 

___9) EXONERATION et AIDE au paiement des cotisations : dans nos lettres des 11/12 et 17/12, nous avons résumé les principaux dispositifs de la LFSS tout juste promulguée. Ces points nécessitaient des approfondissements que vous pourrez trouver dans la note jointeA lire attentivement : ce n’est pas si simple et il y a des pièges !

 

___10) LOI de FINANCES pour 2021 : elle vient d’être publiée au JORF après avoir passé les fourches caudines du Conseil d’Etat, juste avant le réveillon. 270 articles ! Bien entendu nous allons vous diffuser, après digestion du réveillon et des nombreux articles, une lettre spéciale loi de finances dans les semaines à venir, mais nous voulions juste mettre en exergue certains points que nous pensons très importants pour les entreprises, afin que vous soyez vigilants dès maintenant, sous conditions la plupart du temps, mais cela va sans dire :

  • Création d’un nouveau crédit d'impôt pour les PME au titre des dépenses engagées entre le 1er octobre 2020 et le 31 décembre 2021 pour la rénovation énergétique des bâtiments ou parties de bâtiments à usage tertiaire dont elles sont propriétaires ou locataires et qu'elles affectent à l'exercice de leur activité industrielle, commerciale, artisanale, libérale ou agricole, plafonné à 25Ke. D’ailleurs, un Arrêté du 29 décembre en a précisé les contours en matière d’équipements concernés. Nous vous en faisons grâce pour le moment, 
     
  • Possibilité de réévaluer l'ensemble des immobilisations corporelles et financières avec possibilité de ne pas prendre en compte l'écart de réévaluation qu'elle constate pour la détermination du résultat imposable de l'exercice au titre duquel elle procède à cette réévaluation, mais sur 15 ans,… 
     
  • Crédit d’impôt abandon de loyer ou renonciations définitifs des loyers hors taxes et hors accessoires échus, pour cause de Covid-19, mais attention au seul titre du mois de novembre 2020, avec de nombreuses conditions et notamment si les locataires ont fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public. Crédit de 50%, 
     
  • taux d’IS réduit à 15% jusqu’à 38 Ke de résultat : pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021 le seuil de CA pour prétendre à ce taux passe de 7,6 à 10 Me, et confirmation du taux d’IS « normal » à 26.5% (au lieu de 28%) à compter des exercices ouverts en 2021, 
     
  • le crédit d’impôt « cinéma, vidéo audiovisuel » est prolongé de 2 ans, jusqu’au 31/12/2024 et son taux augmenté de 15 à 20%, 
     
  • le taux réduit de 19% d’imposition des plus-values de cession de locaux professionnels ou de terrain à bâtir destinés à la transformation en logements ou à la construction de logement est prolongé de 2 ans jusqu’au 31/12/2022, 
     
  • confirmation bien attendue que les aides financières exceptionnelles versées en application de l'article 10 de la loi n°2020-734 du 17 juin 2020 relative à la crise sanitaire, à d'autres mesures urgentes ainsi qu'au retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne sont exonérées d'impôt sur le revenu, d'impôt sur les sociétés et de toutes les contributions et cotisations sociales d'origine légale ou conventionnelle,

 

___11) AIDE aux diffuseurs de PRESSE : le Décret n° 2020-1793 du 30 décembre 2020 vient modifier l'aide exceptionnelle instituée au bénéfice de certains diffuseurs de presse :

  • l'ensemble des diffuseurs spécialistes indépendants sont ainsi visés par le dispositif, qu'ils exercent ou non en qualité de travailleurs indépendants, s’ils sont PME et détenu à > 50% par des personnes physiques,
  • l’aide comprise entre 1,5 et 3 Ke selon les contrats, peut désormais être demandée jusqu’au 30 juin 2021 (au lieu de décembre 2020).

 

___12) AIDE programmes AUDIOVISUELS : le Décret n° 2020-1794 du 30 décembre 2020 publié au JORF crée un fonds d'indemnisation pour interruption, report ou abandon jusqu'au 30 avril 2021 inclus, des tournages de certains programmes audiovisuels (jeux et magazines, divertissement, documentaires et programmes du réel) dont le tournage sur le territoire national a été interrompu, reporté ou abandonné en raison d'un sinistre lié au virus covid-19 qui rend indisponible une ou plusieurs personnes indispensables au tournage ou de l'équipe de production. L’aide est versée sous la forme d’une subvention de 85% du montant du coût supplémentaire occasionné et non assuré, selon des modalités précises,

 

___13) BTP : l’Arrêté du 18 décembre 2020 vient définir :

  • le montant de l'abattement à déduire du total des salaires servant de base au calcul de la cotisation due par les employeurs aux caisses de congés pour la période du 1er avril 2020 au 31 mars 2021 comme étant de : 81 204 euros, 
     
  • Le taux de cotisation du régime intempéries pour la période du 1er avril 2020 au 31 mars 2021, à :
  1. 0,74 % du montant des salaires à prendre en compte déduction faite de l'abattement pour les entreprises appartenant à la catégorie du gros œuvre et des travaux publics,
  2. 0,15 % du montant des salaires pris en compte après déduction de l'abattement pour les autres entreprises du BTP,

 

___14) PGE AERO : dans un arrêté du 15 septembre dernier, le gouvernement a augmenté, pour la filière Aéronautique, le montant du plafond du PGE à 25% du CA plus la valeur la plus élevée entre 2 années de stocks 2019 ou 2 fois la moyenne des stocks de 2018 et 2019.

 

___15) PGE et autres fonds d'aides financières de l'ETAT :

  • La FAQ PGE a été récemment mise à jour : en pièce jointe,
  • Les Arrêtés autorisant des PGE ou des aides financières significatives aux sociétés et entités LAGARDERE SCA, GALERIES LAFAYETTES, DEGRENNES, pour respectivement 465 Me, 300 Me, 8 Me, ont été publiés au JORF récemment. Le père Noël a su se montrer généreux en fin d’année !

 

___16) A NOTER : un Arrêté du 21 décembre vient reporter près de 12 Mds de crédits ouverts au titre du la participation de l’Etat à la crise sanitaire en 2020 sur le budget 2021 : on a encore un peu de quoi voir venir !

 

STRATÉGIE CT ET LT

 

___1) L’Interview FIMECO Walter France : « Le 1er argent de gagné est celui qu’on n’a pas dépensé ». Fort de ce constat, en ce début d’année et encore au temps des bonnes résolutions, Jean-Marc Bonnet reçoit Christophe Richard, expert en fonction achats. Les achats représentent 60 à 70% du CA des entreprises de production. Une intervention régulière sur le poste achats permet d’économiser de 5 à 10% du montant des achats, soit une bonne partie du résultat de la fin d’année… Il va nous décrire les outils qui permettent de bien/mieux acheter, les astuces simples bien au-delà du simpliste crédo des mauvais acheteurs :  « présurer les prix des fournisseurs ». La fonction achats évolue très vite et bien en connaitre les nouveautés est important. Pour démarrer l’année en fanfare : A toujours écouter jusqu’à la fin.

Si vous souhaitez voir ou revoir toutes nos interviews, retrouvez-les en cliquant ici !

 

___2) Les bons conseils du début d’année pour vraiment se démarquer de la concurrence, au moins par des « Vœux originaux », et démarrer 2021 en fanfare : à lire dans la note jointe de Jean-Marc Bonnet, de FINOVA Conseil.

___3) La 61ème minute OPTIMISTE, comme il se doit, est une spéciale :  « Bonne année ! », de Jean-Marc Bonnet, dirigeant de FINOVA Conseil afin de réussir par la créativité à rebondir sur les opportunités que ne manque pas d’offrir une telle période 

Si vous souhaitez voir ou revoir tous les épisodes de la minute OPTIMISTE, retrouvez-les en cliquant ici !

 

« La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie » (Sénèque)

Nous vous souhaitons tous une très belle année de développement et de succès, que votre innovation, votre créativité et votre capacité d’adaptation de 2020 saura rendre encore nettement meilleure.

 

Bienvenue dans l’année du rebond.

Les collaborateurs et associés du Groupe FIMECO Walter France.

 

Suivez-nous !

 

gestion activité autoentrepreneur

 

 

Restez informé !

Abonnez-vous gratuitement à nos lettres d'actualité trimestrielles...

Le Groupe FIMECO Walter France

est membre de la FCI :

FCI

 

Top